Les analyses biologiques

Tout d’abord, concernant les analyses que l’on peut réaliser en laboratoire, d’ordre biologique, ils ne sont pas susceptibles de prouver la présence de la maladie. En effet, on n’a pour le moment pas trouvé de réel facteur bactériologique ou viral pouvant expliquer l’arrivée de la maladie. Difficile alors de trouver des éléments permettant le diagnostic par le biais d’une prise de sang par exemple.

En revanche, une analyse biologique des selles permettra de rechercher des bactéries nuisibles ou des parasites qui justifieront alors certains symptômes digestifs. Lorsque la maladie est avérée en revanche, le fait d’analyser les selles peut prouver qu’il existe un élément infectieux capable d’expliquer une poussée de la maladie.

Lors des examens biologiques, on peut également mettre en avant des éléments relatifs à l’activité de la maladie, comme des carences par exemple. On peut alors effectuer une exploration des intestins, afin d’y détecter certains signes. On peut également analyser les urines ou le sang, pour mettre le doigt sur la manière dont les intestins absorbent certaines substances spécifiques comme la vitamine B12 ou le xylose donné au préalable au patient, afin de comprendre le chemin du sucre dans le tube digestif. Concernant la vitamine B12, il s’agit du test de Shilling, mais celui-ci est relativement complexe à mettre en place, car on doit trouver des marqueurs que l’on apposera sur la molécule pour pouvoir l’identifier, avec des radio-isotopes.

Enfin, on peut analyser la présence de graisses ou de résidus de protéines dans les selles, pour comprendre la capacité d’absorption intestinale du patient.

Donnez nous votre avis